Préface

J’ai, semble-t-il, fait un excellent exposé, et Jéhovah lui-même m’adressa des félicitations publiques, ce qui, paraît-il, ne s’était jamais fait. C’est ainsi que, sans me vanter, je fus reçu premier (en langage normalien, cacique) au Jugement dernier.

Laurent Schwartz
Un mathématicien aux prises avec le siècle, p. 97

___________________________

ABÉCÉDAIRE ISIDORIQUE & DOCTRINAL

où l’on trouvera, parmi les noms des personnes connues
ayant appartenu à l’entourage d’Isidore Ducasse,
les noms des auteurs et les titres des œuvres mentionnés par lui,
les noms de plusieurs auteurs qu’il plagia ou corrigea,
ceux de ses héros et des personnages qu’il évoqua
et ceux de plusieurs curieux qui participèrent à sa découverte,
plusieurs mots typiques
maints concepts-clés,
des développements originaux du plus grand prix,
et quelques applications des algorithmes dégagés.

______________________________

Abréviations : GTM = Grande-Tête-Molle. DC = diable en carton.
L’astérisque initiale signale 1° à un titre d’article, que le nom marqué figure dans les Poésies,
2° à un mot quelconque, qu’il fait l’objet d’un article dans le présent dictionnaire ;
les mots soulignés sont des noms communs appartenant au vocabulaire d’Isidore Ducasse.
Les noms propres correspondant à des personnes réelles sont en capitales,
ceux des personnages fictifs sont en minuscules.
Les références aux Chants de Maldoror sont de la forme (V, 3) = Chant V, strophe 3,
celles aux Poésies de la forme (II : 131) = Poésies II : § 131.
Celles aux Cahiers Lautréamont, où une grande partie de ce dico fut prépublié de 1998 à 2001,
et d’où il tire la plupart de ses informations historiques,
sont de la forme [CL 27-28 : 95] = Cahier XXVII-XXVIII, page 95.
(Tous les numéros de cette collection ducassienne étant doubles,
j’ai préféré la numérotation en chiffres arabes plutôt que romains, trop lourde à mon gré.)
Ce dico tire certes maints faits de la somme élaborée par leur directeur Jean-Jacques Lefrère,
Isidore Ducasse, auteur des Chants de Maldoror par le comte de Lautréamont (Fayard 1998),
première synthèse argumentée des découvertes détaillées en iceux,
au sein desquelles Jean-Pierre Lassalle, fouineur avide, a droit revendiquer la part du second Lion.
Quant à la partie ducassique et aux impros délirantes qui çà et là l‘émaillent
pour la délectation des bons verollez & goutteux et l’encolèrement des graves,
il est clair que le sursigné cacique en assume la responsabilité plénière,
jusqu’aux tribunaux inclusivement.

______________________________

 

 

Advertisements

1 thought on “Préface”

  1. Why viewers still use to read news papers when in this
    technological world everything is available on web?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s