Étiquettes

, , , , ,

Toutefois, je crois qu’il [ce méchant baby] ne sera pas très bête, car quand je prononce le nom de Legouvé, elle pleure…

Mallarmé, jeune papa d’une jouvencelle ne répondant pas encore au prénom de Geneviève.

(Lettre à Aubanel, 27/11/1864)

Auteur dramatique français, l’un des derniers qui aient donné à la scène une tragédie en vers. Rachel refusa de jouer sa Médée (trois actes en alexandrins), qui ne fut représentée à Paris qu’en 1855, dans une traduction italienne. Gustave Planche conte qu’il avait deviné que Legouvé commençait par faire ses pièces en prose, puis y « mettait les vers » (cf. l’article de Jules Vallès sur Planche). Dans le cadre du programme de reclassicisation des valeurs, Poésies I dit cette Médée (implicitement donnée comme la moindre des tragédies du répertoire) « préférable » à n’importe quel représentant du « lyrisme moderne » (de *Goethe à *Gaboriau). Manière d’affirmer la prévalence du classicisme (jusqu’en son ultime surgeon, Médée) sur le modernisme (dans ses représentants les plus vénérés comme dans les autres), tout en posant la précellence de l’*appréciation morale sur le jugement littéraire : ce n’est que dans la mesure où, sur le fond (moral), l’accord est acquis, que la critique (littéraire) peut s’appliquer à la forme.

Advertisements