Étiquettes

, , , ,

Les sens abusent la raison par de fausses apparences; et cette même piperie que les sens apportent à la raison, ils la reçoivent d’elle à leur tour.

Pascal

Les sens éclaircissent la raison par des apparences vraies. […] Les phénomènes de l’âme pacifient les sens, leur font des impressions que je ne garantis pas fâcheuses. […]

(II: 87)

Au lieu de reprendre telle quelle l’opposition de Pascal entre les sens et la raison, Isidore Ducasse substitue ici au mot raison le syntagme phénomènes de l’âme (issu de *Stewart). Or un phénomène n’est pas homogène à la raison; il l’est à un ordre de faits. Il n’est pas sujet. Il n’est pas inventif. Il n’est pas coopératif. S’attelassent-ils en nombre quelconque, des phénomènes, même des phénomènes de l’âme, ne feront jamais ensemble ou indépendamment une seule ligne de poésie. Ce sont les poètes qui font la poésie. Cette remarque paraît incongrue, et elle le serait, si juste après (II:87), ne venait la fameuse maxime (II:88):

 

La poésie doit être faite par tous. Non par un. […]

 

et si les exégètes *Goldfayn et Legrand n’en avaient tiré prétexte à inférer que *tous ne désigne pas ici tous les hommes, mais suggère une heureuse coopération, et de qui? De tous les phénomènes de l’âme, invoqués au paragraphe précédent. Cela ne va pas. Il n’y a pas trop d’alinéas dans les Poésies, il y en a quelquefois trop peu. L’interprétation qui s’impose est celle qui fait écho à la condamnation de la poésie personnelle (coupable, concédons-le, de n’exprimer que les facultatifs états d’âme d’un individu à un moment donné) concomitamment de la formation d’une *morale universelle: le *poète est le poète en tant qu’il marque une direction à toute l’humanité, rallie le point de concordance où l’unisson, s’opérant, permet d’affirmer l’*homme universel, l’unité de sa destination, la vanité des discordes, et, incidemment (II:74), qu’un régulateur n’est une régulatrice que dans l’imagination d’un fou qui plaisante: entendez qu’un PRINCIPE (moral) ne sera jamais réductible au fonctionnement d’une MACHINE (même un fou ne pourrait le nier que dans un moment de bouffonnerie – assez rare du reste, chez ce vertébré peu funeste).

Advertisements