Étiquettes

, , , , , ,

(Gérard Labrunie, dit).

Paris, 1808-1856.

Ce poète n’est saisi (II : 65) que par sa cravate, suspensoir qui, le 25 janvier 1856, lui avait servi à se pendre à un soupirail, un chapeau, le sien, planté sur la tête. De sa cravate nul ne s’est servi depuis, si ce n’est, peut-être, comme porte-bonheur (elle aura fini dans la poche du carabin de service). Gérard partage avec Ducasse l’avantage littéraire incertain d’avoir eu sa mort mise en scène par le romancier René *Reouven. Celui-ci traite de la mort de Nerval sous deux titres : dans Les passe-temps de Sherlock Holmes il adopte la thèse classique du suicide. Dans un roman antérieur, Les Confessions d’un enfant du crime, il traite au contraire la thèse d’un meurtre imputé à Charles Jud, inventeur historique du crime en chemin de fer, meurtrier ici supposé aux gages d’une secte avide de réunir un ensemble de médailles mystiquement disposées en réseau dans Paris par l’auteur des Illuminés

Advertisements