Étiquettes

, , , , , , ,

(1810-1856). « Écrivassier funeste » N° 4 et Grande-Tête-Molle N° 16 au totem de Gandin-Sans-Chemise-Intellectuelle, l’auteur de Rolla est pris à partie en cinq autres endroits de Poésies I : comme moralement tué par « l’absinthe, savoureuse, je ne le crois pas, mais, nuisible » ; comme campeur du personnage de *Franck ; comme auteur de « la repoussante comparaison du pélican et de l’épouvantable catastrophe arrivée à un laboureur » (I : 49) ; comme « intelligence de deuxième ordre » (I : 35-36) ; et, surtout, comme le pénitent noir de la Confession d’un enfant du siècle, illustration majeure de la fatalité de la pente. Alfred y narre son histoire avec George *Sand, appelée Brigitte Pierson dans ce livre. Carabin introduit à dix-huit ans par son condisciple Paul Foucher, beau-frère d’*Hugo, dans le cénacle romantique, Musset se signale surtout par son ironie et sa facilité de « poète à procédé » très tôt maître de son instrument (tel le jeune Aragon) avant de devenir, avec la publication de *Rolla (1833), le représentant du lyrisme négatif que *Baudelaire portera au noir et au paradoxe. En 1870 Musset était la tête de Turc des jeunes poètes : voir le savon que lui passe Rimbaud un an après, parlant pour sa génération « que sa paresse d’ange à insultée ». Hugo dira de lui : « Je trouve juste autant que jolie la définition qu’on a donnée de lui : Miss Byron. » Mais ce sont là jugements issus de maîtres pairs : Musset est un impair, un oblique, un féminin ; dans ce registre il excelle. Les pairs que le jugent en esthètes désavouent son imparité, un peu comme ils détestent, instinctivement, les talents féminins – alors qu’un génie viril dans une femme, Sand, peut leur agréer (rarement). Morale, la critique de Poésies I vise outre ; elle exécute non l’écrivain, que Ducasse apprécie, mais le boa de la morale absente, vide autour duquel l’œuvre se love. Poésies II le nomme encore deux fois, comme amant qui serait à Pétrarque ce que Lamartine est au Cid, puis comme « capable de faire des proverbes » inférieurs, moralement parlant, à Marmontel, à Rotrou, à Pradon. – Sachant qu’en littérature, tant que les principes ne sont pas fermement fixés, toute cause reste pendante indéfiniment, le procès Musset reste ouvert. Son exécution par Ducasse, Rimbaud – le premier tranchant au nom de la morale, du goût ; le second décapitant au nom de l’art, de la moralité (Musset est quatorze fois exécrable par nous, générations douloureuses […] à dix-huit ans, à dix-sept même, tout collégien qui a le moyens fait le Rolla, écrit un Rolla…) – est fortement répercutée par les surréalistes. Devenu vieux, Aragon, ducassien affiché, écrira toutefois au sujet de Namouna : « C’est ici, et non dans Mallarmé, la perfection du vers. C’est ici que Musset atteint cette liberté de la parole, sans laquelle il n’y a pas de poésie, c’est ici qu’il perd les traces du poétique, invente à chaque ligne son moderne, qu’il est temps de retirer de la Foire aux Puces intellectuelle où l’on en ferait un simple objet de style. » Revoilà ce moderne… Est-ce qu’on nous laissera une heure la paix, avec le racisme des temps successifs?

Advertisements