Étiquettes

, , , ,

Méthodes de tranformation littéraires, philosophiques, compulsives-soulageantes ou autocurales procédant à partir de textes ou de mots soumis à un traitement formel plus ou moins automatisable : la glossotaxie de Roussel, la panglossologie de Brisset, la glossopédie live de Wolfson et la glossolalie d’Artaud et d’autres sont les quatre métaglossies repertoriées dans ce dictionnaire. Leur étude fait sentir par contraste la différence qui règne entre ces méthodes « plates » – entendons qu’opérant du sol des signifiants droit vers le ciel pâlissant, elles n’enveloppent guère de substance intellectuelle immédiatement sûre – et l’art ouvert sur la totalité des volumes palpables qu’entreprend, sans être ému, l’analyste des maximes. Il y a, tout au plus, dans les Poésies, trois ou quatre énoncés qu’un auditeur malveillant pourrait se croire fondé à rendre au coassement. Tout le reste, tous les éléments du puzzle, viennent, tour à tour, prendre place dans un édifice grandiose, dont l’architecte primordial, s’il n’a pu, en maints cas, que nous livrer de hâtifs croquis, n’en a pas moins su ménager, partout, l’irruption d’une *lumière suffisante, propre à résoudre, naturellement et successivement, toutes les apparentes contradictions, tous les mystères épars que sa main avaient tolérés dans un moment de lassitude. Quelques mois lui ont suffi pour mettre à jour, de ce palais virtuel, antre d’un sphinx aux énigmes non gratuites, instructives, et qui, d’être parfois difficiles à intégrer dans un espace normal, ne sont pour l’analyste qu’un ferment plus actif de spéculation formelle, des pans assez éloquents pour alerter les vrais lecteurs, et aviver en s’y frottant les angles d’une sagacité spécieuse. Quelques siècles ne seront pas trop pour que nous puissions admirer, dans ses ramifications dernières, l’expansion du germe qu’un jeune génie exhala.

Advertisements