Étiquettes

, , , ,

Le moraliste Ieschoua, celui-là même qui vers l’an 30 de ce qui serait son ère accidentait les routes de Galilée en compagnie d’un tas de chouettes copains à lui qu’il rassasiait comme il pouvait en multipliant les panetons et les petits poissons (expédients un peu lestes, et qui ne plaident pas pour la thèse d’un fixe assuré par l’État Romain à chacun des membres de cette bande de SDF en chaleur), Ieschoua dis-je, qui, c’est vrai, portait un nom à coucher dehors, mais alors nul ne s’en apercevait car dans ces zoos-là et parmi ces zozos-là (dont un certain E-1000 qui ferait son chemin), ce prénom était des plus communs – Ma mère disait : « Il faut faire avecque l’ nom que l’ bon dieu t’a donné, c’est pas un Super-M, y a pas le choix » – Ieschoua, donc, faisait une fois cette perspicace remarque qu’avec le dos chargé de richesses, même un chameau ne va pas loin : car il est bloqué partout par son envergure artificiellement accrue, quand, même, il n’est pas fixé au sol par la terrassante masse de l’or accumulé entre ses bosses. Mieux vaut aussi, inversement, n’être point trop pauvre, car d’autres problèmes s’ensuivent, comme l’absence de tare qui fait qu’on s’envole sans crier gare. Bref la médiocrité, savoir se tenir dans la moyenne, voilà le secret d’un bon équilibre, favorable à la bonté du métabolisme et à l’ébriété naturelle de l’humeur de l’homme. Propos de cette farine sont connus : tout le monde sait ça, mais qui en tire leçon? C’est ce que toujours je fis, grâce à mon officiel revenu modeste (ce jour d’hui, par an, imposables, 4914,04 euros, j’ai dit quatre mille neuf cent quatorze zorros zéro quatre, c’est mon Ministère financier qui vient juste de me le communiquer, ce chiffre précieux, afin que j’en enrichisse mon humanité et qu’accessoirement je le rappelle, moi-même, au département des impôts, qui n’en a rien à branler, puisque c’est au-dessous du taxable, allez y comprendre quelque chose). Vous voyez – comme dit Jobs, Steve Jobs – que « Bill isn’t my born cousin », Gates n’est pas né mon cousin. Ou, comme on dit ailleurs, à Yerushalaïm : « échoit ce qui échoit, et sauve qui peut ». – Les problèmes d’argent n’ont jamais troublé durablement Isidore Ducasse – car, rappelle-te-le bien, lecteur fidèle (nous sommes sur ce vaisseau démâté pour souffrir), et crie-le au soi-disant Cacique, si tu le rencontres, roulant sa bosse énorme, soit en aval, soit en amont : Nous sommes encore dans un dico Lautréamont ! – Oui, ces problèmes tiennent, dans la correspondance que de lui nous avons, une place exagérée, par la simple raison, qu’à deux missives près, ce ne sont que lettres d’affaires, dont les deux plus longues sont à sa banque. Son riche homme de père (richesse suspecte : il n’en est point d’autre) lui tenait la bride un peu courte, savoir une rente qui ne devait pas atteindre le décuple de la précitée mienne, et comptez que vivre à Paris dans un quartier huppé, ce n’était pas donné, même vers 1868 ou dix. Il existe une gravure fameuse qui représente notre héros la langue tendue et léchant deux malles d’or. Or ça n’a jamais désaltéré personne, l’or, même enclos dans une malle au reste jamais retrouvée, bien qu’elle dut figurer au Livre des records en tant que « le trésor de Lautréamont », fabuleux magot guère moins mythique que celui de Monte-Cristo, son modèle en tant que Comte auré, olé ! La poche qui de la version 1 à la version 3 de la strophe de l’Océan s’éclipse, vous savez qu’il y était encore question de l’or… Je cite (et je coupe) : « J’ai vu […] les hommes […] mettre l’or d’autrui dans la poche […] »… N’insistons pas davantage. Je sens qu’une fortune énorme, en bank-notes, gonflant ta poche intérieure de gauche, empêche, s’insérant entre nos cœurs, la complète exécution de l’opération de notre capitale effusion. Pour aller mieux, il faudrait qu’une éloquence divine te persuadât de la répandre, à pleines floppées, au vent du large. De cela, je ne me flatte pas, puisqu’en un cas analogue même le moraliste Ieschoua y échoua. Preuve que si à Elohim rien d’impossible, à son fils tout n’était pas permis.

Advertisements