Étiquettes

, , , ,

Le ramassement (comme d’un fauve prenant son élan) de textes rendus obscurs par la richesse de leurs implications – ce que Ducasse pointe sous l’expression : « le développement excessivement rapide de mes phrases » – n’est jamais que le style naturel d’un auteur qui s’est surpris, dit-il, « à couver le vif regret de ne pas probablement vivre assez longtemps pour [nous] bien expliquer ce qu’[il n’avait] pas la prétention de comprendre [lui]-même ». Au contraire, comme une table vaste permet d’étaler des documents encombrants, d’y voir plus clair, la vie d’un Cacique assure seule de la faculté de développer amplement ce qui, dans les Poésies, n’était que concis. Fort de cet avantage, l’immortalité, il a à cœur de ne pas priver le livret inspirateur des extensions qu’il exige en silence, comme une vierge dans un cénacle fixe l’intérêt des docteurs. Ce qu’on nomme poésies n’appelle pas d’habitude de tels développements ; ou bien ils sont d’une autre nature, comme la bibliothèque appendue au coton de la Jeune Parque ou celle aux basques d’Arthur. Quand, à vingt ans, Évariste Galois esquisse en quarante pages ce que d’autres appelleront théorie des groupes et dont les ramifications occupent aujourd’hui des milliers de tomes, il opère dans une problématique bien plus voisine. Tandis qu’un texte poétique au sens usuel tend à se suffire, comme un ermite clot son huis en vue de briller dans son for au prorata de l’étoile du Sud, un texte logique ou mathématique tend, lui, la main vers tous les textes parents, qu’il revendique, engage, explique ou implique. C’est l’ensemble qui assure la compréhension, et le vif sentiment d’appartenir à un ensemble étendu d’êtres aux écoutes est la juste source du lyrisme concertant. Ils forment un tissu insensible que les phrases s’appliquent à imiter comme les nervures de la feuille feignent la structure de l’arbre. Retissage des unes au rythme du sens de toutes, ou ratissage dans l’épars déjà donné de quelques unes, exemplaires ? Comparant les volumes respectifs des Chants et des Poésies, certains se sont vantés qu’ils n’auraient pas aperçu les secondes si les premiers ne les avaient d’abord frappés. De même, une améthyste est plus assurée d’être vue si, au lieu de traîner à terre parmi des cailloux de taille égale, elle est serrée en un emphatique écrin. Je me suis parfois étonné de l’énormité du package d’un colis postal dont la partie utile avait l’exiguïté d’une disquette ou d’un collier. J’ai compris qu’il fallait compter avec l’empan du postier Thomas, qui ne croit qu’à ce qu’il voit, comme les mains ode Bénévent louaient Madame Talleyrand d’être grasse.

Advertisements