Étiquettes

, , , , ,

L’amour que voue un homme physique à un ado se nomme, si mon souvenir est bon, pédérastie. Pédophilie vise en 2000 les relations, qu’on nie souvent être amoureuses, entre deux personnes dont l’une au moins n’a pas encore la taille pour être conscrit. Si nous nous attardions à examiner la diversité des couples formables, avec ou sans l’agrément du partenaire, du public et des lois, entre des gens de sexe, d’âge, de statut variables, chacun s’apercevrait de la pauvreté du lexique, et qu’il manque bien des mots pour signifier précisément la ténuité des choses. C’est ainsi qu’on arrive à nommer pédophile un gars qui assassine à froid des rats de cave – drôle de façon de les aimer en tutu. Gide, dans son spirituel Corydon (qu’il taxait lui-même de « littérature de corridor ») a tenté de réagir contre la massification des « homosexuels » dans une entité unique. Il eût fallu la verve de Charles Fourier pour explorer, en y associant chaque fois le néologisme congru, toutes les distinctions recensables parmi les aléas de l’alibi d’O versatile, de la simple rotation uniforme opérée autour du guéridon qui cause, jusqu’à la multitude des variantes (non toutes répertoriées, il s’en faut) de ce jeu qu’on dit gai – et l’est-ce bien ? De même, comment nommer la pulsion si spéciale qui incline, fraternellement ou autrement, un littérateur, un poète (veillons à distinguer l’homme de lettres de l’homme physique) vers la personne indécise de son lecteur, qu’il n’a jamais vu ? Et que, dans presque tous les cas ! il ne verra jamais ?! Si j’ajoute à cela un élément de préoccupation pédagogique, si insistant qu’il vire au pygmalionat, j’aurai marqué assez nettement le caractère de libido scientia dont s’obombrent les gestes précautionneux d’un lettré qui eut ses raisons de ne pas rechercher systématiquement partout la plus grande clarté. L’appeler lectophile (parce qu’il chérit son lecteur et le lui dit :

Que ne puis-je voir à travers ces pages séraphiques le visage de celui qui me lit ! S’il n’a pas dépassé la puberté, qu’il s’approche. Serre-moi contre toi, et ne crains pas de me faire du mal; rétrécissons progressivement les liens de nos muscles. Davantage. Je sens qu’il est inutile d’insister : l’opacité, remarquable à plus d’un titre, de cette feuille de papier, est un empêchement des plus considérables à l’opération de notre complète jonction.

(V, 5)) ne serait pas une trahison. Or pourquoi ne pas risquer le mot propédeute, qui dit davantage, et focalise bien l’élément savoir, ici vertébral. Certes, ça ne m’empêcherait pas, si j’étais de ce clan, d’avoir, toujours ou quelques temps, éprouvé un caprice infâme pour la jeunesse des collèges, et les enfants étiolés des manufactures : qu’est-ce que ça change ? Faut-il être absolument translucide pour être ange ?

Advertisements