Étiquettes

, , , , ,

Graphie utilisée (I : 27) pour pointer José Zorrilla y Moral [prononcez Tsorila immoral], du reste nommé nulle part ailleurs. Aucun indice notable en cette lettre envolée. C’est l’une des plus fugitives, l’une des plus solubles dans l’air. Dans la seule édition moderne que je possède de ce poète, la traduction française par Bernard Sesé de son Don Juan Tenorio (José Corti, 1995), bien que la couverture, la page de titre et la plupart des autres donnent ZORRILLA, le traducteur, qui sait ce qu’écrire veut dire, n’en écrit pas moins ZORILLA dès la première ligne de sa préface.

 

→ Poème de Zorrilla

Advertisements