Étiquettes

, , , ,

Les choses valent selon le bout par où l’on les prend. Elle n’avait pas tort, cette fillette qui, selon Chesterton, définissait l’optimiste comme un homme qui vous regarde dans les yeux, le pessimiste comme un homme qui vous regarde les pieds. Dans l’état de lutte ou de concurrence où l’homme se figure être avec lui-même, il juge de bonne guerre de dévaloriser autant qu’il peut ses adversaires, ses supérieurs, même ses alliés : on peut évoquer dans ce style dépréciatif le conseil donné au subordonné timide de se figurer son chef dans une position ou une tenue humiliante. C’est le même esprit de rapetissement qui anime la passion moderne de ramener les choses, les êtres à leurs origines, fait régner le soupçon sur tout ce qui vise à l’envol, prétend rattacher à une pulsion basse tout ce qui paraît au grand jour. Inversement, si au lieu de les forcer à nous tourner le dos, nous regardons les êtres dans les yeux, cherchons l’idéal qui y luit, nous ne tardons pas à sentir croître en nous-mêmes l’amour de l’humanité. Nous sommes récompensés de la confiance que nous lui fîmes, enrichis du crédit que nous lui accordâmes. Nous voyons que nous participons du même élan. Nous grandissons avec elle.

Advertisements