Étiquettes

, , , , , , , , ,

Le sixième chant de Maldoror nous enseigne que, sœurs d’Aghone, les trois filles du charpentier bitu de la rue de la Verrerie se prénommaient respectivement Marguerite, Marguerite et Marguerite. Coïncidence étrange ? Volonté bizarre ? Ou bien, par dessus l’épaule de Mie d’Aghone (Justine), triple signe à Marguerite Duras, laquelle devait, quarante-cinq ans après, naître un quatre avril au loin ; à Marguerite Yourcenar, au péplomique scénar ; et à Marguerite Bonnet, éditrice surréalisante ? Il serait temps de commencer de cesser de ne pas s’interroger sur ce qui constitue certes un phénomène banal d’homonymie – ici sororale – dû, peut-être, tant à l’esprit fumeux du prénommeur, qu’à l’idée présomptueuse que des mômes de sa fabrique seraient voués à s’écarter l’une de l’autre assez vite pour oublier leurs prénoms embêtamment confusibles autrement. La petite histoire abonde en frères homonymes : de Charles d’Artagnan, insistant courtisan qui prénomma ses fils Louis et Louis (l’un 1660-1709, l’autre 1661-1714), au père du Cacique qui prénomma les deux siens Jacques Georges Auguste Joseph et Jacques Georges Auguste Joseph – d’où le marbrier tirera (s’il a de la feuille)

J. G. A. J.

GIS,

J’AI AGI !

en passant par Louis II d’Artagnan, qui refit (bis et rebis) aux petits-fils du mousquetaire le coup de les rebaptiser sur le même scooter – Louis cramponné à Louis – sans même parler du marchand Van Gogh, qui conçut Vincent et Vincent, dont l’un férit et l’autre geignit, ni du notaire de Figueras, Salvador Dalí, géniteur des frères Salvador et Salvador, dont l’un périt et l’autre peignit. Dans le cas fictif qui nous occupe, on doit penser que, femme pieuse, effrayée de la difformité de son aîné (sur son étrange faciès ou plutôt bille, il était impossible de distinguer un seul angle), la mère d’Aghone avait formé le vœu de consacrer à sainte Marguerite tout produit ultérieur de sa matrice féconde, créant à la longue un véritable champ de Marguerites, dont l’odoriférant ensemble, verdoyant, blanchoyant et tournoyant comme une ronde, berçât ses vieux jours comblés. Pour commencer, elle brûla trois cierges aux trois saintes Marguerite : Marguerite d’Antioche, martyre ; Marguerite, reine d’Écosse, amie de Harry Cow ; et Marguerite Marie Alacoque, cuisinière rapide. Des triplées naquirent, égales en charme et en intelligence. Tout laissait espérer une continuité dans le bonheur domestique, à quoi se borne la modestie des ambitions vulgaires. Vous savez, amis, que le Seigneur ne l’a pas voulu : Il permit l’ire du charpentier pris de vin, d’où suivit la mort du serin, d’où provint le désespoir des trois sœurs, cause de leur pénétration, puis de leur étroit enlacement, dans la niche du chien, cause technique d’un étouffement mutuel d’où la mort résulta. Je me rappelle que Marc Dutroux riait à gorge déployée quand je lui lisais ce détail de l’épisode ; j’aurais dû, parfois me dis-je, lui faire de meilleures lectures (moins troublantes pour sa faible nature). Les trois petites mortes, imbriquées comme un trio de *cigares dans la poche de Jacques Lacan, subirent alors « l’opération de la délivrance négative » – négative parce qu’elle ne ramenait pas à la vie, mais, cette fois, menait à la tombe qui recèlerait, désormais, leurs tristes restes inséparés. (Observez que si délivrance s’entend en langage obsétrique, on a la frappante image d’une niche accouchant, farce épatante, au forceps, de trois petits cadavres qui viennent d’apparoir.) Si Aghone alors devint fou, c’est que le tripode de son système de référence avait été proportionnellement gâté. Pour apprendre à se tenir sur deux quilles, il prit l’habitude de faire de la gymnastique titubante en se tenant à l’envers, plaquant au sol, ou sur le banc de son choix, les mains qui, chez l’homme, terminent les bras, entre eux la tête balottante, rougie par la braise du sang, chaud aux joues quand il descend. C’est ainsi que la poésie balotte, comme une épave, ou un drapeau pété, ou un bateau dématé, quand lui manque soit le soutien de la morale, irresponsablement raillée par tous les modernes rameutés ; soit la passion de la beauté, au défaut de quoi chacun laisse choir et casser sa tasse de thé dans l’urinoir de Sade ou le casse-pipes de Bataille ou chez Prou ; soit l’ambition de la vérité, même si l’intellect humain, avec ses trous d’émenthal dans le mental, n’y est point habilité.

P. S. L’historiette littéraire pointe ici, par les soins de J.-P. Goldenstein, un récit non daté signé Auguste Luchet, Les deux Marguerite, et un vaudeville homonyme en un acte signé Dutertre et Commerson (1854).

Advertisements