Étiquettes

, , , , ,

Bristol 1774 – Greta Hall 1843.

SOUTHEY

Poète, historien et critique britannique. Son caractère calme et ses habitudes méthodiques lui ont permis de construire une œuvre considérable. Ducasse le nomme une fois, dans sa première lettre à Malassis (référence qui, en France, est à peine moins exotique que celle à *Dolorès de Veintemilla). Géographiquement, Southey appartenait, avec ses voisins Coleridge et Wordsworth, au petit groupe abusivement dit des Lakistes (habitant la région des lacs, au nord de l’Angleterre), dont la critique fit une « école ». En poésie, il a donné d’abord un essai épique Joan of Arc (1795), puis des œuvres narratives – Madoc (1806), The Curse of Kehama (1810), etc. – qui, rétrospectivement, ont paru annoncer le genre de Byron. C’est pourquoi peut-être le Lord en fit sa tête de Turc ; voici comment, dans English Bards et Scotch Reviewers, il accommode, avec Joan of Arc et Madoc, le grand poème épique de Southey Thalaba the Destroyer (1801) – seul poème (me semble-t-il) que, dans l’abondante production southeyenne, on puisse surprendre à « chanter le mal » :

Avec le vertigineux élan de l’aigle vers les cieux
Voici monter Southey, commerçant en ballades !
Qu’on laisse pour lui Camoëns, Milton, le Tasse,
Dont l’essor annuel comme les armées s’efface.
Première sortie du rang, Jeanne d’Arc s’avance,
Fouet de l’Angleterre et bannière de la France,
Qui bien que brûlée sorcière par le cruel Bedford
A sa statue dans une niche de gloire.
Ses fers éclatent, et juste échappée à la prison,
Un vierge phénix sur ses cendres s’élève :
Voici paraître Thalaba l’épouvantable,
Monstre d’Arabie, fils merveilleux et redoutable;
De Domdaniel destructeur effrayant, il défit
Plus de magiciens fous que le monde jamais n’en vit.
Héros immortel ! toi qui fis cette hécatombe,
Règne à jamais, ô rival de Tom Thumb !

Byron lui adressera encore la dédicace ironique de son Don Juan :

Bob Southey ! Tu es poète – poète-lauréat,
Tu représentes toute l’engeance ;
Et s’il est vrai que tu as tourné Tory
Vers la fin, – ton cas est en somme commun ;
Mais toi, ô Renégat épique! qu’es-tu devenu ?
Avec tous ces Lakistes bien ou mal venus ?
Nid de gens mélodieux, autant à mes yeux
Que « vingt-quatre merles dans un trou

« Qui le trou s’étant ouvert ont commencé à chanter »
(Vieille chanson qui vaut bien les nouvelles ),
« Un mets délicat à mettre devant le Roi »
Ou le Régent, qui goûte ce genre d’aliments;–
Même Coleridge a fini par prendre son envol,
Mais tel un cerf encombré de ses bois,
Expliquant la métaphysique à toute la nation,
Je doute qu’il puisse expliquer son explication.

Tu es assez insolent, sais-tu, Bob !
Et déconfit dans ton désir
De supplanter tous les moineaux du dessous
Toi qui te veux seul merle de la portée
Tenu pour ainsi dire à te surpasser toi-même
Jusqu’à venir à l’instar des poissons volants
Crever sur le pont : car tu planes trop haut, Bob,
Et, faute d’humide élément, tu chois dans le sec, Bob

Advertisements