Étiquettes

, , , , ,

1813-1865.

Auteur avec Émile Saisset et Jules Simon d’un Manuel de philosophie (1845) très utilisé durant le Second Empire. D’après une lettre à *Alicot de son condisciple Paul *Lespès (année scolaire 1864-65, classe de philo), Ducasse en « relisait avec intérêt la partie relative à la psychologie », précisément celle due à Amédée Jacques. D’une famille de peintres – petit-fils de Gérard –, disciple de Victor *Cousin, Jacques fonda en 1847 le journal La Liberté de penser, émigra en 1852 à Montevideo et mena en Uruguay une existence difficile et aventureuse. Marié en 1855, il passa en 1862 en Argentine où, toujours passionné de pédagogie, il se vit confier la direction du Colegio Nacional de Buenos Ayres. Selon Lespès, Ducasse n’ignorait pas que Jacques eût là « trouvé refuge ». Michel Pierssens, qui ne juge pas impossible que Ducasse ait fréquenté ce collège l’année 1862-1863, relève dans le Manuel de philosophie ce passage :

L’indépendance de l’âme, la supériorité de sa nature ne paraît jamais mieux que dans les luttes si souvent engagées et si souvent décrites qu’elle soutient avec le corps et les passions qui le dominent

base quasi certaine du corrigé suivant, inclus dans (II : 35) :

[La poésie] ne parle pas des luttes que l’homme engage, par exception, avec lui-même, avec ses passions.

Advertisements