Étiquettes

, , ,

Épithète accostée au nom de Ducasse lors de son passage dans la classe de philosophie de 1864-5, conformément à une tradition potachique établie, semble-t-il, au lycée de Pau :

PHIL

« Ducasse philosophe incompréhensibiliste »,

lit-on sur la page de garde des Esquisses de philosophie morale du philosophe écossais Dugald *Stewart dans une liste de huit qualifications analogues (les huit élèves de la classe de philo). On se réjouira que le premier mot-totem associé, d’une main non identifiée, au nom d’Isidore Ducasse soit un néologisme empreint de ce léger parfum de canular qui, d’un même élan, repousse les gens graves et attire ceux d’esprit. Si, conformément à ma lecture du suffixe -isme (®humoriste), laquelle voit par exemple dans le  » cyclisme  » un abus du cycle (que la raison pure maintient dans l’ordre des déplacements utiles, tandis que les passions sentimentales en font un sujet de frénésie), l’incompréhensibilisme doit être pensé comme un abus raisonné de l’incompréhensible, sorte de passage à la limite qui utilise cet état de frustration intellectuelle auquel il est entendu (tacitement certes) qu’on doit généralement chercher à soustraire ceux qui passent leur temps à lire des livres ou des brochures pour amener le lecteur à occuper, au gouvernail de la poésie, le poste qui lui revient de droit. Si le lecteur s’absente, tout texte est rendu à l’incompréhension ; s’il se présente (dans toute la force du terme), il n’y a plus rien d’incompréhensible. La question est alors : comment raviver à temps la présence du lecteur, qui s’absente à toute heure ? La solution de l’auteur des Chants de Maldoror ressortit à la dialectique de l’*hypnose, ménageant dans un premier temps une incompréhensibilité qui fascine, pour produire ensuite un effet en retour, inversant l’absence contrôlée en faculté de s’approprier la régulation des opérateurs du sevrage. C’est tout ce qui différencie une berceuse, par laquelle l’auteur abandonne le lecteur à lui-même, d’une hypnotisation, où le premier ne cesse, maternellement, de se réassurer de l’attention du second : « N’est-il pas vrai que tu m’écoutes avec attention ? Si tu m’écoutes davantage, ta tristesse sera loin de se détacher de l’intérieur de tes narines rouges. »

Advertisements