Étiquettes

, , , ,

Relation de l’auteur au *lecteur, par laquelle le premier aide le second à plonger dans un état de réceptivité contrôlée dont il sort avec la conscience d’avoir été absent et l’inquiétude de saisir à quelle emprise il fut soumis. Le *sommeil hypnotique s’oppose au sommeil naturel, qui suppose la chute d’une défense et non pas la remise de celle-ci aux soins d’un *régulateur. Les *yeux du patient étant à l’ordinaire au nombre de deux (je ne soulève ici que pour mémoire la difficile question de l’hypnotisation des borgnes, et rappelle en passant que Sartre fut un lecteur tout particulier, presque aussi clos à la *poésie que Tailhade à *Maldoror), il faut fixer devant ceux-ci une figure à double foyer, maintenue dans une symétrie dynamique propre à entretenir dans le cerveau du récepteur un tournoiement algébriquement réglé, que l’auteur reste capable d’interrompre à tout instant par simple rupture de contrat (ou lâcher de la corde). D’où le rôle des *coniques dans les Chants de Maldoror.

Advertisements