Étiquettes

, ,

1834-1894. Dernier des douze dédicataires des Poésies. D’origine juive (Hinstin est la forme francisée d’Einstein), il étudia au lycée Charlemagne, à l’École normale supérieure puis à l’École d’Athènes. Agrégé en 1858, professeur de rhétorique à Lille de 1860 à 1863 puis au lycée de Pau de 1863 à 1866, il y eut Isidore Ducasse pour élève durant l’année scolaire 1863-64. Après 1866, il fut muté à Lyon en qualité de professeur de seconde, puis à Montpellier, où il ne se rendit pas. Après deux tentatives de *suicide, il obtient son congé. Il fait paraître sa thèse De Piraeo Athenarum propugnaculo en 1877. Helléniste, il traduit *Euripide et d’autres auteurs grecs. On le retrouvera à la Faculté de Dijon en 1878 comme chargé d’un cours de *littérature grecque ; nommé le 1er mai 1880, il doit présenter sa démission dès le 21, « pour un incident grave et très regrettable qui entachait sa moralité ». L’ombre de l’homosexualité plane sur toute la carrière d’Hinstin. *Jarry et Fargue l’auraient interrogé peu avant sa mort : selon Fargue, le « vieux » professeur n’aurait gardé qu’un très vague souvenir de son ancien élève. [Cf. S.-C. David, D’Hinstin, CL 2/1987].

Advertisements