Étiquettes

, , ,

Au commencement le ricanement, si naturel sur les lèvres puériles, tend au contraire à produire sur la victime des cours, tympanisée par le clairon des enfants infâmes, une impression d’oppression, l’oppression de la masse hurlante flagellant son élément central. Corps qui se noie, il plonge dans l’abîme de soi, agitant péniblement et désordonnément les pédoncules qui servent de membres au fantoche pesant amolli par la friction des eaux. Il ne tombe pas : il s’effondre, comme l’image au ralenti d’un immeuble explosé.

Il ignore encore que l’homme a un fond.

Or vous savez, vous (qui avez tout de même retenu quelque chose de vos séjours dans les écoles), que, le fond atteint, les victimes de la noyade rétives, au moins d’un pied, à la perpétualité de l’immersion, peuvent, d’un coup vigoureux de talon, produire un effet inverse, et alors, propulsés comme une bulle, ils reviennent à la surface, s’empressent de respirer une matière plus gazeuse, et réfléchissent aux probables moyens d’éviter, dans l’avenir, un accident si fâcheux.

La sagesse commence par la haine : celle de la forme humaine.

Celui qui a vu grouiller autour de lui ces faces défaites, d’où émane un unanime crachement crétin laissant voir presque toutes les dents de lait, qui vont tomber, ne saurait faire moins, dans un premier temps, que haïr la grimace enfantine de l’homme, qui rit de la sorte, effrontément, pour faire mal – et aimer par contraste la figure calme des animaux libres, qui ne s’occupent pas des affaires d’autrui et conservent leur quant-à-soi dans la plupart des circonstances naturelles.

La première partie du programme (qui ne se pense pas encore comme philosophique) est alors facile à concevoir : il s’agit de borner au plus près de zéro le nombre de secondes passées dans la compagnie humaine. Si l’on a la chance de vivre auprès d’un désert ou d’une forêt nourricière, et si l’on aime le grand air, le sourire du ciel ouvert, il n’y a pas de raison de renier les charmes du paysage. Sinon, une chambre d’isolation fera l’affaire.

Advertisements