Étiquettes

, , , , ,

Technique dont la première description explicite appartient à l’*Oulipo. Elle consiste, partant d’un texte relativement bref et cohérent, à construire un texte bien plus ample par insertion de parenthèses, de réflexions, etc. qui en accidentent la texture sans en rompre le fil. Il en résulte presque inévitablement des suspensions du sens donnant au lecteur l’impression de la *tergiversation. D’application purement ludique chez les oulipiens, qui pratiquent volontiers le gonflement exponentiel (le double, puis le quadruple,…, le 2n-uple du texte de départ), cette technique s’inscrit au contraire chez Lautréamont sous l’indice d’une *intention qui s’atteste successivement *hypnotique et réveillante. L’esprit n’est jamais plus vif qu’un peu après le réveil, ce qui donne lieu de conseiller le bien dormir comme une condition de la lucidité subséquente. Or on sait que le rappel du rêve est favorisé par un réveil provoqué, donnant sens à la suite des suspensions oniriques : ce dont on peut trouver le modèle dans un circuit où les charges accumulées dans des condensateurs (mémoires locales) sont collectées à un instant précis. Le gonflement est pratiqué par Lautréamont uniquement dans les chants IV et V (Michel Pierssens [CL 1994/2 pp. 185 sv.] a très précisément analysé le détail de la méthode sur le cas de la strophe du scarabée). Ces deux chants accordent un prix particulier à la proximité du réveil : la provocation à la déconstruction est inhérente au procédé, dont le lecteur vigilant ne peut manquer de saisir le fil ; il suffit, pour le dégager, d’élaguer toute incidente adventice. La « valeur du procédé » (pour parler comme André *Malraux) est justement de fixer l’attention du lecteur sur le procédé même, de la détacher de la teneur de l’histoire, qui paraît d’abord captivante, et qui l’est, mais doit s’avérer ensuite n’être qu’un rêve oubliable. N’est à retenir que l’expérience qui se dégage de la douleur, et qui n’est plus la douleur elle-même (I : 40) . La métaphysique des Chants et des Poésies ne diffère pas d’un iota. L’objectif des procédés non plus, mais bien leur orientation (dans les Poésies, le lecteur est ouvertement appelé à assumer le rôle de développeur). Voilà justement ce qui permet à l’auteur de faire si bon marché des contenus, de « renier son passé » comme un autre change de *chemise intellectuelle.

C’est ainsi que ce que l’inclination de notre esprit à la farce prend pour un misérable coup d’esprit, n’est, la plupart du temps, dans la pensée de l’auteur, qu’une vérité importante, proclamée avec majesté ! (IV, 2)

Advertisements