Étiquettes

, , ,

Éclat du mérite qui le fait paraître à tous les yeux. La gloire ne rend pas l’*homme, gloire de l’univers, malheureux. Il ne se soustrait point, par des contorsions verbales ou une fuite en train vers Fontainebleau, à ce qui, notons-le en son nom, le rend radieux. Même l’absence de ce vieux condiment, le *malheur, n’occasionne de sa part aucun regret. L’homme est ainsi fait que, du malheur, finalement, il arrive à se passer. Isidore Ducasse ajoute qu’obligée d’accroître son mérite, sa gloire, par la vigueur de ses sentiments, l’essor de son génie, une âme daigne encore accepter la fortune, le repos. Mérite, gloire, fortune, repos sont les quatre sommets du *progrès d’une âme altière. Reposée, rassasiée, l’âme juge son parcours complet (II : 133). Elle se rend.

Advertisements