Étiquettes

, , ,

Si l’on admet l’hypothèse d’un endomorphisme remontant, des systèmes d’écriture de notre façon, aux organismes que nous sommes ; plus généralement, si l’on envisage de décrire les organismes comme des sortes de systèmes d’écriture associés à une volonté inassignable (on ne l’assignerait qu’au prix d’adjoindre au nombre de nos hypothèses celle d’un *Dieu actif et interventionniste, bref temporel !), on voit que l’erreur horlogère a pour effet de gommer l’irréductibilité que j’affirme entre les systèmes d’écriture proprement dits et les systèmes d’écriture par métaphore amplifiante. La métaphore, alors, connaît une expansion illimitée – par quoi l’on voit *Elohim, traceur célestin, configurer dans la masse virtuelle l’écriture de nos destins, tandis que nos corps, égrenés en caractères lisibles (du moins du point de vue de la divinité), se détachent holographiquement, dans la multitude finie de leurs aspects locaux, sur la fausse neutralité d’un ciel régulièrement élargi par les soins de nos meilleurs cosmologistes. Après nous être un moment flatté de cette songerie, nous avons construit la critique qui l’évapore. La comparaison n’était-elle donc qu’une fantaisie sans lendemain ? Non, car elle nous permet maintenant de signifier en quoi la trame de l’univers se démarque de celle d’une page d’écriture, à quoi d’abord elle paraît ressembler tellement, pourtant! Quelque spontanéité que j’attribue à sa calligraphie, l’univers diffère de ma prose par le parti qu’il tire de l’inertie des traces. Cette inertie, bien sûr, est la condition de l’écriture : imagines-tu, lecteur, notre désarroi si la débandade des lettres les exorbitait du sage ronron des pages, et qu’elles s’égaillassent, oiseaux libérés, d’un ample envol vers l’azur altier, l’âme hors la cage ? Que seriez-vous, poètes, sans l’indifférence des outres, jamais outrées des acides tranquilles que vous y versez ? Passant par Qumran soixante siècles après la fermeture, l’érudit retrouve, le scel rompu, intacte, la saveur des strophes. C’est encore de la *littérature ! Abandonnez durant le même laps une culture bactérienne, vous m’en direz des nouvelles. (Si j’erre, qu’on me le prouve, je changerai mes chiffres.) Je compare l’écriture à un artefact passif, constitutionnellement incapable de reproduire sa forme ; car il est taré d’une inertie encadrable : ce fameux désordre intestin des boîtes à jamais noires, à perpette inlues. Il en va tout autrement de ce qui vit : car l’infidélité de la transmission du génome est la base même de sa modulation ; comme en musique concrète, le bruit est mis en caque : tandis qu’en littérature l’inertie intervient pour fixer la détermination des effets, on la voit dans le champ électro-magnético-biologique s’appliquer à stabiliser l’indéterminé.

Advertisements