Étiquettes

, , ,

Poème de jeunesse de Théophile Gautier (1832). Lespès affirme avoir vu Albertus entre les mains de Ducasse au lycée de Tarbes. Dans Poetics of the pretext, R. F. Lack suggère que le totem d’« hippopotame des jungles infernales » appliqué à Byron peut avoir sa source dans le passage orgiaque d’Albertus où l’on voit, entre autres créatures, un « hippopotame lourd, Falstaff à quatre pieds » participer à une orgie en Enfer présidée par un diable byronien :

Ce n’était pas un diable
Empoisonnant le soufre et d’aspect effroyable,
D’un diable rococo. – C’était un élégant […]
Comme le boiteux Byron, mais pas plus.

Et Lack ajoute : « Ce n’est peut-être ici qu’une coïncidence, mais il se peut que Byron ne doive son masque d’hippopotame qu’à un trait biographique, non textuel ; son pied bot. »

Advertisements