Étiquettes

, , ,

Géant du Cap des Tempêtes (Bonne-Espérance) dans Les Lusiades de *Camões, épopée en dix chants qui relate la pérégrination de Vasco de Gama. C’est l’un des Titans révoltés contre Jupiter, qui l’a puni pour avoir osé tourner les yeux vers l’épouse de Pélée. Monstrueux, massif, formidable, couleur de terre, cheveux et barbe mêlés de fange et prolongés de noirs coquillages, Adamastor décrit l’inconfort de sa position au pâle Vasco : « De ma chair desséchée, de mes os transformés en rochers, les dieux, les inflexibles dieux ont formé le vaste promontoire qui avance au milieu de ces vastes ondes ; […] pour insulter à ma douleur, Thétis vient chaque jour me presser de son humide ceinture ». Ce sympathique autoportrait, qui doit quelque chose à *Prométhée, n’est pas sans préfigurer celui d’un certain *Maldoror (IV, 4), affligé d’une vipère se livrant sur son bas-ventre à des familiarités hyper-thétisiques. Tout cela manque de *sérieux. Sans s’attarder à *corriger de tels morceaux, (I : 32) marque uniment : « Chanter Adamastor, Jocelyn, Rocambole, c’est puéril. »

Advertisements