Étiquettes

, , , , ,

Parti pris de lecture suivant lequel tous les énoncés d’un corpus C donné sont reçus comme dotés a priori d’un sens éclairant. Passé quelques générations, C accède au statut de « texte sacré ». Il résulte de ce parti pris de lecture un mode de *développement particulier qui, lorsque le texte-source n’offre pas de sens immédiat (orthogonal) satisfaisant, admet des modes de lecture indirects : obliques ou rasants. Un tel développement contraint reçoit le nom d’exégèse. Les lectures talmudique et kabbalistique de la Tora hébraïque sont les exemples les plus fameux de ce type. La guématrie (système d’interprétation usant de calculs sur les valeurs numériques des lettres) est sans doute le mode le plus accompli de lecture rasante ; la lecture ludique (jeux sur l’ambiguïté phonétique ou littérale des mots) en est un mode spontané, que Jean-Pierre Brisset (Grammaire logique) a porté à l’absolutisation. Pareille réduction du texte au texte est bien sûr favorisée par l’absence de l’auteur (dont l’autorité, s’il vit et intervient, est à tort ou à raison tenue souvent pour souveraine, intimidante en tous cas pour les critiques, qui, pour cette raison, s’acharnent à l’ordinaire à lui faire la vie impossible, en vue de rester au plus tôt en tête-à-tête avec le texte) et singulièrement par l’absence de renseignements sur sa personne. Le caractère péremptoire des énoncés, certains éléments énigmatiques la favorisent également. À ce triple égard, Isidore Ducasse fournit l’un des meilleurs supports pour une lecture absolutisante, d’autant que la *crétinisation qui peut en résulter sur les âmes sensibles répond à son projet affiché. Plus récemment, Georg Gurdjieff a pu fournir un support de bonne qualité : les Récits de Belzébuth à son petit-fils sont d’un style initiatique aux accents assez souvent lautréamontiens, mais l’ensemble est un peu long. L’arrimage intérieur, technique fondamentale de l’absolutisation qui consiste à relier entre eux un grand nombre des termes du corpus afin de ne rater, s’il se peut, aucune ouverture sémantique, n’est en effet applicable qu’à des corpus assez courts : 60 *pages de Poésies sont ici préférables à 1200 pages de Récits. Veuillez remarquer que, tout comme elles demandent explicitement le développement (II : 60), les Poésies invoquent ouvertement l’arrimage intérieur (II : 11) : de ces phrases

la première venue sera la conséquence des autres…

Remontant du texte à l’auteur, notez enfin que l’espèce de recul temporel à l’infini, occasionné par la carence biographique, favorise, à son tour, une mythologisation de l’auteur, homogène à l’absolutisation de son texte. Isidore Ducasse profile ici une ombre idoine à la figure emblématique du fondateur de religion. Vu la rareté dernière de ceux qui satisfont cette condition, le lecteur ferait bien d’y penser. Il me semble que je parle d’une manière intentionnellement paternelle, et que l’humanité n’a pas le droit de se plaindre.

Advertisements